Parcourir Catégorie

découvrir le thé

la production du thé

Qu’est-ce qu’un thé biologique ?

3 avril 2017
paysage box the envouthe

Qu’est-ce qu’un thé biologique ?

Promis, pas de long blabla et de vocabulaire ultra-technique dans cet article, dont l’objectif est de présenter simplement ce qui définit un thé comme issu de l’agriculture biologique.

Un thé biologique est donc un thé issu de l’Agriculture Biologique, c’est-à-dire excluant de sa culture l’utilisation de produits chimiques. En France, pour qu’un produit soit considéré comme biologique, il doit contenir au moins 95% d’ingrédients issus d’un monde de production biologique « mettant en œuvre des pratiques agronomiques et d’élevage respectueuses des équilibres naturels de l’environnement et du bien-être animal ». Il ne doit contenir aucun Organisme Génétiquement Modifié (OGM). L’appellation BIO est contrôlée par des organismes indépendants, dont la caution se traduit par la mention du logo EURO FEUILLE sur le packaging des produits (respect du règlement CEE n°2092/91 du 2 juin 1991 modifié et de la norme NF EN 45011) qui remplace le logo AB, disparu depuis juillet 2010.

Un thé biologique marque ainsi le pas d’une culture responsable, qui passe par le respect des sols et l’agriculture durable. Attention cependant à ne pas tout de suite l’opposer aux thés issus de l’agriculture non-biologique : ce n’est pas parce que les produits chimiques ne sont pas utilisés pour les thés biologiques que les thés non-biologiques en sont truffés !

Le bio, c’est donc indispensable ?

Les produits biologiques n’impliquent pas forcément une qualité irréprochable : certaines plantations de théiers biologiques, proches de plantations qui ne le sont pas, bénéficient des externalités négatives du traitement de ces dernières, et peuvent ainsi contenir moins de 5% de produits chimiques. Pour la Box La Green, nous avons fait le choix de partenaires rigoureux et transparents dans leur démarche, qui couplent agriculture biologique à d’autres valeurs profondes comme l’éthique, le développement durable ou l’engagement humanitaire.

Inclure du thé biologique dans sa consommation courante est ainsi un premier pas vers une consommation réfléchie, respectueuse de la nature et de ce qu’elle nous offre. La Box La Green a ainsi été conçue dans ce sens : loin de nous l’idée de vous faire mettre au placard vos habitudes alimentaires actuelles, nous vous invitons plutôt à découvrir le Bio sous sa plus belle forme.

les bienfaits du thé

Couper l’herbe sous le pied des clichés du bio

3 avril 2017
panier the box the envouthe

Les clichés du bio

Ah, les clichés ! Heureusement qu’ils sont là, sinon, qui donc pourrait-on démentir ? Et ceux qui concernent l’agriculture et les produits biologiques, ils ont la peau épaisse : même pas peur, Envouthé, Chasseur de Thé, fait lumière sur les zones d’ombre !

La Box La Green 100% Bio, approuvée par le média FémininBio_aet1825

La Box La Green 100% Bio, approuvée par le média FémininBio

Le Bio, c’est fade

Et le chocolat, ça fait grossir. D’autres clichés à infirmer ? Un thé biologique est loin d’être un thé sans saveur : qu’il s’agisse d’un grand cru d’origine, qui développera des notes naturelles fleuries, minérales, ou encore végétales, ou bien un thé parfumé aux arômes naturels, la sélection 100% biologique de La Green vous démontre que non, le bio, ce n’est pas nécessairement fade.

Le Bio, c’est cher

Pas forcément ! Si certains produits biologiques justifient un prix au-delà du prix habituel, ce n’est pas le cas pour le thé : dans la sélection de La Green, les prix pratiqués par nos partenaires sont similaires à ceux pratiqués par des marques non biologiques. Ainsi, La Route des Comptoirs propose ses thés à partir d’un prix plancher de 5€* les 100 g, tandis que Pukka Herbs vend 4,75€* les 20 sachets individuels. De son côté, Envouthé a fait le choix de réduire sa marge sur ses thés biologiques, en les proposant au même prix que les thés de sa gamme classique.

*prix de vente public conseillé

Le Bio, c’est forcément meilleur

Oui… Et non ! Si les différents labels biologiques sont gages d’une certaine forme de qualité, cela ne veut pas dire que les thés non biologiques sont à jeter à la poubelle. La labellisation biologique d’un thé est un processus long, et surtout coûteux, qui exclut de cette certification des petits producteurs de thé qui cultivent depuis des décennies des plants de thé sur des parcelles reculées, à base d’agriculture raisonnée et de sols non traités. Biologiques par essence, ces thés ne disposent cependant du label, mais bénéficient d’une qualité exceptionnelle.

Les thés parfumés, même bio, sont forcément de mauvaise qualité

Allez donc dire ça aux créateurs de thé qui font des dizaines et des dizaines d’essais pour que l’aromatisation des thés soit la plus équilibrée qui soit, ou aux marques qui dénichent huiles essentielles et arômes naturels aux quatre coins du monde pour réinventer le thé.

Un thé parfumé ne veut pas dire que la base de thé est mauvaise, et que les arômes sont là pour faire oublier ce manque de qualité. Pour la plupart des marques, et tous les partenaires Envouthé, les thés parfumés sont une façon de permettre à tout un chacun de mettre un pied dans le monde du thé, en buvant un produit bon et qui leur fait plaisir. Les bases de thés parfumés sélectionnées par Envouthé sont uniquement des thés en feuilles entières, qui n’ont pas été réduites en poudre : ce premier gage de qualité assure à la feuille de thé de pouvoir faire éclore ses notes naturelles.

Envouthé privilégie également les partenaires qui font le choix d’arômes naturels : ces derniers permettent ainsi de ne pas masquer la base du thé, et d’offrir en bouche un véritable festival de saveurs, notes naturelles et parfums complémentaires.

Crédit photo à la une : Thés de la pagode

les bienfaits du thé

Les bienfaits des algues

13 mai 2016
wakame box the envouthe

A l’occasion de la Box Cap sur la Bretagne, intéressons-nous aux aspects bénéfiques des algues, ces légumes marins, que l’on retrouve entre autres sur les côtes bretonnes et même dans certains thés !

Si les bienfaits des algues, sources de vitalité et de jeunesse, ne sont plus à prouver dans les cosmétiques, on oublie trop souvent que l’on peut également les inclure dans notre alimentation quotidienne, par exemple avec le thé. Et oui, des thés aux algues !

Ce n’est en effet pas pour rien si les pays d’Asie, et notamment le Japon, en consomment en grande quantité et comptent dans leur population certaines des personnes les plus âgées de la planète.

Crédit photo : today we cook

Peu caloriques, les algues se révèleront bénéfiques aussi bien pour votre santé que pour votre ligne !
En effet, elles fournissent au corps les fibres dont il a besoin, et leurs glucides ne sont quasiment pas assimilables par l’organisme humain. De plus ayant une faible teneur en lipides, elles ne sont donc que peu caloriques.

Mais l’atout majeur des algues c’est leur incroyable richesse en sels minéraux et en oligo-éléments.
Particulièrement riches en calcium, fer, iode et magnésium, les algues aident à lutter contre les infections et contre le vieillissement de la peau, tout en assurant un équilibre à votre corps.

le monde

Crédits Photo : Le Monde

Alors ni une, ni deux ! On s’est dit que ce serait super sympa de pouvoir vous proposer des thés aux algues qui apporteraient plein de bonnes choses à votre corps. La Box Cap sur la Bretagne plonge en pleine mer pour vous dénicher quelques thés aux notes iodés, qui prennent soin de votre santé !

Allez, hop ! Une petite plongée en mer pour un tea time aquatique !

les bienfaits du thé

Cha Ling, la beauté millénaire par le thé

29 avril 2016
cha ling box the envouthe

CHA LING l’Esprit du Thé, c’est le rêve d’une beauté durable dans un monde durable.
Tout commence dans le Yunnan, poumon vert de la Chine : imaginez une forêt millénaire, berceau des thé des l’humanité, abritant le très vénéré thé Pu’Er, apprécié autant pour sa saveur unique que ses vertus médicinales. Imaginez qu’une Maison de cosmétiques décide de préserver ce patrimoine et de réconcilier luxe et développement durable

banner-chaling-lifestyle
Crédits Photo : Le Bon Marché


Cha Ling c’est l’histoire d’un homme, Josef Margraf, biologiste allemand et utopiste qui rêve d’un monde meilleur où la nature est respectée comme il se doit. Dans la région de Xishuangbanna en Chine, il découvre un véritable royaume végétal où des théiers de forêt poussent à l’abri de l’Homme et de la pollution. Galvanisé par l’urgence de protéger cette terre, Josef Margraf décide de mettre en place un **projet de préservation et de relance de la production de thé de forêt**.
C’est lorsqu’il rencontre Minguo-Li, une jeune journaliste chinoise venue le rencontrer, que s’allume la flamme qui guidera à jamais leur aventure. De leur passion naît en 2004 le Centre de Tianzi pour le développement et la recherche sur la biodiversité. La mise en place d’un nouveau mode de culture appelé Rainforestation Farming qui vise à préserver ce havre de paix naturel tout en augmentant les ressources des minorités locales en charge des théiers de forêt devient l’un des plus influents, et s’impose comme exemplaire. Josef et Minguo-Li deviennent alors de véritables Green Heroes.

josef-margraf_german.china.org.cn
Crédits Photo : German.china.org.cn

 

En 2010, la mort subite de Josef Margraf pourrait avoir mis fin à cette extraordinaire épopée. Or, c’est sans compter l’inébranlable volonté de son épouse à poursuivre cette aventure et la **collaboration avec Laurent Boillot, Président de la Maison Guerlain** et ami de la famille, que le projet peut se développer et prendre une plus grande envergure.

Passionné de culture chinoise, Laurent Boillot souhaite également continuer à insuffler de la vie dans le projet de Josef. Il se renseigne alors davantage sur les propriétés des feuilles de thé pu’erh. Après avoir reçu la confirmation scientifique de ses extraordinaires bienfaits, il décide alors de créer une nouvelle maison de soins cosmétiques qui intègre pour la première fois les principes anti-âge et anti-oxydants des feuilles des authentiques thés Pu’Er de forêt, tout en contribuant à la protection de ces forêts de thé originelles.

A la croisée de l’Orient et de l’Occident, CHA LING cultive un nouvel art de la beauté incitant à se poser et prendre le temps, porté par des rituels inédits et des textures raffinées qui infusent doucement, formulées dans le plus grand respect de la peau et de l’environnement.

C’est ainsi que prend forme la marque CHA LING !

banner-chaling-histoire
Crédits Photo : Le Bon Marché

 

Cette ligne de cosmétique dépeint un univers inspiré par un art de vivre authentique, respectueux de la nature, qui place la beauté en souveraine. Cette marque réconcilie alors luxe et développement durable, éthique et esthétique, commerce et équité.

Ces soins cosmétiques sont rares et précieux, inspirés des rituels ancestraux de la beauté chinoise. Chaque création de la gamme CHA LING déploie les propriétés anti-âge et anti-oxydantes des feuille de thé pu’erh des forêts du Yunnan : on parle alors de « L’esprit du thé pour une beauté pleine de sens ».

CHA LING c’est l’association de la sagesse de la Grande culture chinoise et du savoir-faire d’excellence des la Recherche LVMH.

la préparation du thé

Les fleurs de thé – Mode d’emploi

23 avril 2015
fleur de the tekoe box the envouthe

Vous avez pu découvrir dans la Box Tea Away deux fleurs de thé. Mais qu’est-ce qu’une fleur de thé, et comment les faire infuser ? Ce petit article répond à toutes vos questions !

Qu’est-ce qu’une fleur de thé ?

Et bien ce n’est pas la fleur du théier ! Les fleurs révélées par l’infusion proviennent en fait d’autres plantes telles le lys, le jasmin ou encore l’œillet. Liées les unes aux autres, elles forment ensuite le cœur d’une boule faite de bourgeons tressés de thé blanc, noir ou vert. Ce patient travail est réalisé à la main, ce qui explique pourquoi les fleurs de thé sont aussi appelées thés sculptés ou encore thés façonnés. Lors de l’infusion, les feuilles de thés se déploient et libèrent la fleur qui donne ainsi l’impression d’éclore dans votre théière, d’où l’appellation anglaise de blooming tea ou thé qui éclot.

Cette tradition de tisser les bourgeons de thé autour d’une fleur serait née vers 420 après JC, durant la dynastie Song en Chine. Cependant, ce n’est que pendant les dynasties Ming et Qing au XIVème siècle que les fleurs de thé sont devenues à la mode. La tradition chinoise leur attribue des propriétés médicinales : la fleur de souci empêcherait l’accumulation de cholestérol, le jasmin permettrait de diminuer la pression artérielle et l’œillet guérirait les toux.


 

boxtekoe-fleursdethe-054

Crédit photo : Sophie Müllens

 

Comment infuser les fleurs de thé ?

Déjà, il faut vous munir d’un récipient transparent ! Ce serait dommage de rater le spectacle qu’offre la fleur de thé quand elle se déploie dans l’eau chaude. Une théière en verre d’environ 1 litre est idéale pour faire infuser les fleurs de thé, mais pas de panique si vous n’en avez pas ! Un thermos en verre, un pichet à eau ou même un large verre à pied, de type verre à vin de Bourgogne, peuvent faire l’affaire, tant qu’ils ont une contenance minimale de 60 cl.

  • Faites chauffer environ 1 litre d’eau. La température dépendra du type de fleur de thé : 80° pour des fleurs de thé au thé blanc ou vert contre 90°C pour des fleurs de thé au thé noir.
  • Versez la première moitié de l’eau dans votre récipient, puis déposez-y délicatement la fleur de thé.
  • Attendez 1 minute avant de verser le reste de l’eau, sur le côté et non pas directement sur la fleur, si possible en maintenant la fleur avec une fourchette ou une cuillère.
  • Vous pouvez désormais observer l’éclosion de la fleur. Une fleur de thé infuse entre 5 et 8 minutes.

Laissez-vous absorber par la contemplation du déploiement lent et parfumé de la fleur de thé… mais n’oubliez bien sûr pas de boire le thé !

N’hésitez pas à faire infuser la fleur de thé plusieurs fois, en prenant garde de ne pas verser l’eau chaude directement sur la fleur, pour ne pas l’abîmer.

la dégustation du thé

Comment aromatiser son thé ?

20 mars 2014
granola box the envouthe

Vous êtes-vous déjà demandé comment était créé un thé aromatisé ? L’année dernière, nous vous avions emmenés dans les coulisses de la fabrication d’un thé grâce à THEODOR, avec deux beaux articles pour tout savoir de la création d’un thé et de la fabrication d’un thé. Nous vous proposons maintenant d’aller plus loin, dans une démarche avant-gardiste et innovante jamais réalisée dans le monde du thé, avec la Box Do Tea Yourself qui vous permet de créer vos propres thés !


 

article

Les thés Sencha Zhejiang et Putharjhora FTGFOP, la tisane Délice des Fruitiers, les boutons de roses et les épices Masala Gaïa Doux de Jardins de Gaïa lors de l’événement Envouthé à l’hôtel Mon Hôtel / Crédit photo : Envouthé

 

Le secret : un composant aromatique

Dans cette Box, vous retrouverez entre autres les thés nature Sencha Zhejiang et Putharjhora FTGFOP, la tisane Délice des Fruitiers, des boutons de roses, des épices Masala Gaïa Doux de la marque Les Jardins de Gaïa, ainsi que deux ingrédients rares et inédits : des composés aromatiques de thé. Qui d’autre que THEODOR pour relever un pari aussi audacieux ? THEODOR nous propose son composé aromatique d’un de ses plus grands thés, Jour J., et a créé exclusivement pour Envouthé un composé aromatique de muffin. L’utilisation des composés aromatiques est minutieuse et délicate, mais quelques étapes simples et un peu d’imagination suffisent à inventer votre propre mélange.

 

Instructions pour aromatiser son thé

Instructions pour aromatiser son thé / Crédit photo : Envouthé

 

Aromatiser son thé : une recette

Pour jouer aux apprentis alchimistes et créateurs de thé, voici un petit manuel des étapes à suivre pour aromatiser votre thé :

  1. Versez 1/3 de la fiole du composé aromatique dans 20 g d’un thé de la Box ou de votre choix, ou 1/4 de la fiole pour 12 g de thé, si vous prenez un thé de la Box. Avec chaque fiole présente dans la Box, vous pouvez aromatiser 60 g de thé ! Alors n’hésitez pas à chercher dans vos placards des thés nature (ou déjà aromatisés, pourquoi pas) pour faire vos expériences.
  2. Mélangez doucement les feuilles afin de les imbiber du composé aromatique.
  3. Remisez votre création de thé dans la petite boîte métallique de la Box, ou dans un récipient en métal ou en porcelaine. Ne recouvrez pas votre composition de papier ou de cellophane, elle perdrait de sa saveur.
  4. Conservez le nouveau thé au réfrigérateur (entre 5 et 7°C) pendant 3 jours.
  5. 3ème jour : 1ère dégustation ! Amusez-vous à équilibrer selon votre goût votre composition en y ajoutant des boutons de rose, des épices, des fruits secs, etc.
  6. Laissez reposer encore 1 jour au réfrigérateur (entre 5 et 7°C).
  7. Dégustez votre création et laissez-vous envahir par la saveur exclusive de votre composition. Partagez-le avec nous !

 

Une petite précision supplémentaire pour vous guider dans votre découverte :

Si vous trouvez délicat de doser avec tant de précision, essayez de verser le composé aromatique goutte par goutte et d’avoir la main vraiment légère. Il existe aussi en pharmacie et en ligne de petites seringues de 5 ml à 20 centimes pièce. Vous les trouverez par exemple sur Growshop, qui propose une livraison dès le lendemain de votre commande.

Vous l’aurez compris, le processus de la création d’un thé par une grande maison comme THEODOR tient en quelques mots : de la personnalité, de l’audace et beaucoup d’essais ! C’est ça d’être un artiste. Maintenant, à vous de jouer !

Retrouvez tous les ingrédients nécessaires à l’élaboration de votre thé et d’autres surprises encore dans la Box Do Tea Yourself, un thé à mon image.

les bienfaits du thé

Beauté maison, au thé !

17 janvier 2014
miroir romantique box the envouthe

visu1beauth

Crédit photo : Maison du monde

 

Janvier est maintenant bien entamé, vous avez eu le temps de digérer les fêtes de fin d’année, commencé à voir la vie d’un œil neuf, et fait le planning de vos bonnes résolutions (ou pas). Vos Box Envouthé 7ème ciel sont arrivées à vol d’oiseau, évitant au passage quelques nuages, afin d’atterrir dans votre boîte aux lettres… avez-vous pris le temps de savourer quelques instants de tranquillité autour d’un bon thé ?

Dans la continuité de notre dernière article dédié au bain au thé, en ce mois où le bien-être prime, nous vous proposons quelques astuces pour être belle (et beau !) avec des produits à base de thé, made in vous-même !

 

Un masque au thé vert DIY

Pour commencer, on a trouvé chez Worlidissime un masque au thé vert ultra facile à réaliser soi-même !

À noter sur votre liste de courses pour le marché de samedi matin :


Comment faire un masque au thé vert

Crédit photo : Envouthé

Laisser infuser le thé 3 min. Mixer le poivron et l’orange puis ajoutez-y deux cuillères à soupe de thé et une cuillère à soupe de farine pour une consistance plus épaisse… Il n’y a plus qu’à se tartiner le minois et laisser poser 10-15 min !

 

Des glaçons au thé vert DIY

Pour ceux qui ne possèdent pas de mixeur, on a trouvé une astuce chez Carnet Prune super sympa que l’on peut utiliser tous les matins : des glaçons au thé vert.

Il vous faudra pour cela :

Tout ce qu'il vous faudra pour faire des glaçons au thé vert

Crédit photo : Envouthé


Laissez infuser votre thé vert 2/3 minutes dans de l’eau chaude, puis verser l’infusion dans votre bac à glaçon (non, non, c’est pas pour boire on a dit !). Mettez-le tout au congélateur, lorsque les glaçons commencent à durcir, plantez les petits pics.
Le matin, passez-vous un glaçon sur l’ensemble du visage : le thé vert va régénérer, raffermir et purifier votre peau. Le froid va quant à lui relancer la circulation et préparer votre peau au maquillage… on va le voir dans la rue celles et ceux qui ont suivi le tuto je vous le dis moi !

 

Une lotion au thé vert pour peaux sensibles DIY

Enfin, on vous a trouvé une pitite lotion pour peau sensible chez Faraway Cosmétiques, très simple à réaliser, et à utiliser tous les jours.
Il vous faudra :


De quoi vous faire une lotion au thé vert pour peaux sensibles

Crédit photo : Envouthé

 

Il ne vous reste plus qu’à vous nettoyer la peau et laisser agir les bienfaits du thé !



Les meilleures astuces pour ranger votre salle de bain

Crédit photo : The inspired room

 

D’autres astuces toutes simples !

Rincer ses cheveux avec du thé vert infusé pour les rendre plus brillants. Laissez tremper vos ongles dans une infusion de thé vert une fois par semaine pour des ongles plus forts et plus brillants. Ou encore, mélanger du thé vert infusé avec du bicarbonate de soude pour en faire une pâte à dent : à bas la mauvaise haleine et la plaque dentaire !

Encore une fois on vous a préparé une petite liste de produits à shopper pour se faire belle et beau à base de thé, sans contrainte ni enquiquinement !


Une petite liste de produits à shopper pour se faire belle et beau à base de thé

Crédit photo : Envouthé

 

  1. Tonique doux sans alcool à base de Yerba Mate Kiehl’s – 31.50€
  2. Masque visage arbre à thé The Body Shop – 13€
  3. Lait corporel au thé vert L’Occitane – 15.40€
  4. Gommage thé vert Bubbleshop – 19.90€
  5. Masque détox au thé et à l’argile de Themae – 57€
  6. Gommage au thé vert Baija – 5.94€
  7. Lotion démaquillante aux 3 thés Yves Rocher – 5.10€

Allez-vous testhé ? :)

les bienfaits du thé

Bulle de Beauté – Un bain au thé

13 janvier 2014
baignoire box the envouthe

visu-bainauthearticle

Crédit photo : Envouthé


Pour commencer cette nouvelle année du bon pied, on a décidé de vous faire voir la vie en thé, à travers des astuces simples et efficaces pour se détendre, lâcher prise, s’évader, et se ressourcer, dans le prolongement de votre instant thé avec votre Box 7e ciel. En somme, un kit de la zen attitude pour nos buveurs et buveuses de thé préférés… qui ont le droit comme tout le monde, à un bon moment de détente pour décompresser.

 

Un bain au thé vert et aux algues aux multiples bienfaits

L’idée du jour, c’est un bain au thé vert et aux algues. Oui, le bain de lait c’est totalement out, aujourd’hui on plonge ses gambettes dans une bonne infusion. Le thé possède de belles vertus : il laisse la peau lisse et douce et permet de lutter contre l’excès de sébum. L’algue possède également quelques bienfaits tout aussi sympas les uns que les autres : relaxer, tonifier, adoucir, hydrater… en éliminant les vilaines toxines présentes dans votre petit corps !


Des bains au thé vert et aux algues

Crédit photo : We Heart It

Après avoir éteint son téléphone, mis en route son CD préféré et allumé quelques bougies (ceci n’est pas obligatoire mais fortement conseillé), vous pouvez passer à la phase pratique avec Être radieuse.

Il vous faudra :

  • Un filtre ou une grosse boule à thé
  • Du thé vert
  • Du sel marin en gros grain
  • Des pétales de rose ou de lavande
  • Des algues (celles que l’on met dans les sushis feront tout à fait l’affaire !)
  • Si cela vous fait envie : de la camomille, du thym, etc.

Remplissez votre filtre (ou votre boule à thé) d’une cuillère à soupe de thé vert, de sel marin, d’algues et ajoutez quelques pétales de fleurs. Laissez infuser toute la durée de votre bain (même si vous décidez d’y passer la journée !)

 

Encore plus de bienfaits grâce à des sachets de thé vert



Pour un moment paradisiaque dans le bain

Crédit photo : We Heart It


Une astuce bien sympa pour accompagner votre moment de détente : mettre des sachets de thé vert (qui ont déjà infusé) sur vos yeux. L’effet est garanti : absorption des toxines et prévention du vieillissement cutané. Chouette !
NB : le thé vert ne colore pas la baignoire.

 

Nos astuces thé toutes faites

Pour les flemmards et flemmardes de la préparation du bain au thé, on vous a déniché des techniques pour vous offrir un bain au thé sans passer par la case « préparation maison » :



Notre sélection de produits pour le bain au thé

Crédit photo : We Heart It

1. Bain moussant au thé Ladurée – 32€
2. Sel de bain au thé Savon et Cie – 8.60€
3. Sachet de thé pour le bain de Esprit de Provence – 4.75€
4. Boule effervescente au thé de BubbleShop – 2.91€
5. Gel bain moussant au thé Oolong Le bain collection – 30€
6. Gamme de produits pour le bain au thé de Sephora

À vous de buller !

la dégustation du thé

Comment préparer un thé glacé ?

31 juillet 2013
cokctail the box the envouthe

sophiepourenvouthe_cocktail_rooibos_peche_02

Création, Réalisation et Crédits Photos : Sophie Mülhens, la rédactrice culinaire d’Envouthé

Qui a dit que le thé ne se buvait que chaud ?
Le thé glacé est délicieux et pourrait en surprendre plus d’un, y compris ceux qui croient ne pas aimer le thé ! En plus d’être très désaltérant en pleine chaleur, il apporte quelle que soit la saison une belle alternative aux sodas. Vous pouvez aussi réaliser des cocktails au thé, avec ou sans alcool.
Dans la Box de l’été Tea, Sex & Sun, Envouthé a concocté 5 cocktails avec les 5 thés qui la composent.

Deux façons de préparer un thé glacé

Voici les deux grandes techniques pour préparer un thé glacé :

L’infusion à froid

  • Infuser 15 g de thé par litre d’eau à température ambiante pendant 30 minutes pour les thés verts parfumés, 1 heure pour les thés noirs parfumés et les infusions.
  • Attention à ne pas utiliser d’eau déjà glacée car l’infusion fonctionnerait très mal.
  • Retirer les feuilles de thé et placer au réfrigérateur.

Quels thés peut-on infuser à froid ?

Tous mon capitaine ! Tout est affaire de goût et ce n’est pas l’équipe Envouthé qui ira édicter un jugement sur ce point ! Vous allez même parfois préférer des thés glacés à des thés chauds car les arômes ne se développent pas de la même façon. Mais il est juste de vous dire que les thés parfumés fruités et fleuris sont particulièrement délicieux glacés. Pour les infusions bio de Yogi Tea en particulier, nous vous recommandons d’essayer l’infusion à froid et à chaud afin de comparer ; vous verrez que les arômes ne se développent pas de la même façon.

N’hésitez pas à essayer cette recette de cocktail Yogi Tea on the Beach à l’infusion Menthe Citron vert, puis à nous dire quelle technique vous avez préférée.

Yogi Tea on the Beach à l'infusion Menthe Citron vert

Création, Réalisation et Crédits Photos : Sophie Mülhens, la rédactrice culinaire d’Envouthé

L’infusion à chaud

  • Infuser 15 g de thé par litre d’eau à chaud et laisser refroidir.
  • Ajouter des glaçons et placer au réfrigérateur.

Nous vous recommandons cependant la technique de l’infusion à froid qui permet de conserver tous les arômes du thé sans développer d’amertume ni d’astringence.

La quantité

Idéalement, nous vous conseillons toujours d’utiliser 15 g de thé pour 1 L d’eau : c’est la manière la plus parfaite et la plus qualitative de faire infuser votre thé, à condition bien sûr d’avoir une eau à la bonne température ! Cependant, il vous est possible de diminuer la dose de moitié et de mettre seulement 8 g. “Comment ?!” vous demandez-vous, surpris. Avec cette quantité de thé (8 g pour 1 L) vous obtiendrez un délicieux breuvage qui dévoilera aussi ses saveurs.

Chez Envouthé, on recherche le plaisir avant la perfection : si vous buvez du thé à longueur de journée, il peut être naturel pour vous de diminuer les quantités conseillées. Prenez soin de votre eau (qualité et température) et tout ira bien. Les gourmands peuvent aussi agrémenter leur thé glacé de fruits, cela ravira les papilles et augmentera le plaisir de déguster cette boisson !

Par exemple, dans le cocktail Summer Fresh avec le Thé glacé à la pêche fraîche de Ô Thés Divins, nous avons mis des pêches et des framboises.

Les cocktails de thé

Une des missions d’Envouthé chère à nos yeux est d’apporter une vision moderne du thé et de casser quelques clichés en faisant taire les mauvaises langues qui disent que le thé, c’est bon que pour les mamies !
Avec un cocktail, vous profitez d’un bon thé glacé et pouvez laisser libre cours à votre imagination pour le reste. Certains préfèrent inventer leurs recettes, d’autres préfèrent en suivre. Préparez vos citrons, on a déjà fait des essais pour vous :

Vous connaissez tous la Pina Colada, essayez donc notre cocktail Pina Coco’Lalala avec le thé vert Litchi Coco de Thés de la Pagode !

Pina Coco'Lalala avec le thé vert Litchi Coco de Thés de la Pagode

Création, Réalisation et Crédits Photos : Sophie Mülhens, la rédactrice culinaire d’Envouthé

Le cocktail Cosmopolitan Light au thé Bali de Dammann Frères existe en version alcoolisée mais nous proposons également une alternative avec la limonade qui remplace l’alcool.

Cosmopolitan Light au thé Bali de Dammann Frères

Création, Réalisation et Crédits Photos : Sophie Mülhens, la rédactrice culinaire d’Envouthé

Le dernier cocktail que nous avons créé est assez sucré, très frais et désaltérant : un vrai piège. Au Soleil Blanc sous les Tropiques est réalisé grâce à Soleil Blanc de neo. T.

Au Soleil Blanc sous les Tropiques est réalisé grâce à Soleil Blanc de neo. T

Création, Réalisation et Crédits Photos : Sophie Mülhens, la rédactrice culinaire d’Envouthé

Et pour préparer vos cocktails de thé, il existe aussi des outils particuliers comme le Iced-tea Maker “Tea-Jay on the rocks” de Blomus ! Dès que le thé chaud coule du filtre sur les glaçons, ceux-ci fondent et le thé peut être servi ; les feuilles de thé restent dans le filtre et ne s’infusent plus. Vous pouvez y rajouter tous les ingrédients nécessaires pour faire un cocktail et mélanger très facilement.

Iced-tea Maker "Tea-Jay on the rocks" de Blomus

Crédit photo : Blomus

Faites-nous part de vos avis et de vos essais ! D’ici là, bonne dégustation !

la production du thé

Dans les coulisses avec Theodor #2 – La fabrication d’un thé

4 février 2013
creation the box the envouthe

Après le premier article sur la création d’un thé au sens de l’inspiration et de l’émotion qui entoure sa création, intéressons-nous maintenant à la fabrication d’un thé pour essayer d’en percer quelques mystères.
Poussons les portes de l’usine de THEODOR, le lieu du crime où sont produits les thés, un lieu chargé d’histoire, qui abritait avant l’usine Singer, pour découvrir ce qu’il s’y cache et poursuivons notre interview avec Guillaume Leleu, Tea taster de THEODOR.

Les portes de l'usine de la maison THEODOR

Crédit photo : Envouthé

Concrètement, comment créez-vous un thé ?

Je vais briser le mythe (s’il y en avait un ! – rires -). Mais de la même façon que vous préparez une salade de tomates !

#1 – Déterminer quel thé nous souhaitons créer

Il y a tout d’abord la notion de savoir quelle salade de tomates souhaitons-nous… délicieuse ou juste de “dépannage” ? Ensuite, on passe un petit de temps sur la sélection de la variété de tomates que l’on souhaite utiliser, plutôt une tomate sucrée ? Plutôt une tomate généreuse en pulpe ? Plutôt une petite tomate avec un goût plus prononcé ? Ou bien encore une tomate “jaune” d’Italie, aux notes plus épicées… etc, etc…

Ensuite, il y a cette recherche du “Comment” va-t-on mettre en valeur des parfums plus que d’autres, quel poivre allons-nous utiliser, de l’ail, pas d’ail ? Un oignon, peut-être… sel, huile ? D’olive, d’arachide ? Etc, etc…
C’est cette même base, l’envie de “cuisiner”, je me plais à penser qu’un “vrai” bon thé parfumé, est comme une création culinaire, gastronomique…. l’envie d’associer de la nature avec de la nature, sans dénaturer la nature elle-même. Exercice délicat. Mais n’y a t-il pas salade de tomates et salade de tomates ?

Remarque d’Envouthé : on ne pouvait pas ne pas faire un clin d’œil à cette jolie métaphore de la salade tomates sans vous partager la photo de la recette de notre chère Sophie Mülhens qui a réalisé en 2012 une recette originale, sur son blog, nommée Toupet de tomates avec Toupet de légumes, un thé singulier de THEODOR à la fleur de courgette, mélange de légumes, fleur de tomate et piment d’Espelette parfumé aux arômes de fruits rouges.
Parenthèse refermée, continuons le récit de la création d’un thé !


Le Toupet de tomates / Crédit photo : Sophie Mülhens

 

#2 – Choisir le thé de base pour la composition de notre thé

Alors, je peux passer plusieurs heures, ne serait-ce qu’à sélectionner la base du jardin de thé nature qui sera l’ingrédient principal. Pour un thé comme “Oh là là”, l’idée étant de retrouver une note d’un “grog”, d’un vin chaud, dois-je plutôt sélectionner un Qimen ? Ce thé noir chinois qui révèle naturellement une note plus “Cacao”, ou un thé d’Assam ? Thé qui sera plus terreux, plus corsé, peut-être même en fonction du Jardin choisi, plus épicé. Et la réponse est loin d’être évidente car un choix peut changer en fonction des huiles essentielles et des parfums qui composeront le mélange et que nous utiliserons ensuite.

Crédit photo :  Envouthé

 

#3 – Créer le composé aromatique fondamental pour la création de notre thé

Vient ensuite, un côté plus “alchimiste”avec l’assistance d’un aromaticien, qui va, lui, parfaitement maîtriser la technicité d’un dosage parfait, différent en fonction de si c’est une huile ou un arôme naturel… il va falloir composer ce que l’on appelle un “composé aromatique” global. Et là, la véritable question est de déceler quel sera le mariage parfait de plusieurs notes entre elles. Le mariage parfait qui respectera l’identité de l’inspiration du départ. Par ailleurs, il faut savoir dans ces étapes, écarter, la notion, de son goût personnel. On ne crée pas un thé pour soi, mais pour qu’il renvoie à chacun une suggestion d’une sensation voulue, connue, désirée.

La création d'un composé aromatique global

Crédit photo : Guillaume Leleu

 

#4 – Vérifier l’harmonie de notre thé

Une fois ces étapes franchies, reste le moment de l’harmonie. Cette création a-t-elle sa place ? N’est-elle pas redondante avec une autre ? Est-elle d’actualité ? Va-t-elle plaire ? Et un certain nombre de créations, malgré le labeur qu’elles ont demandé, passent “à la trappe” à ce moment là.

 

En combien de temps en moyenne créez-vous un thé ? Combien de tests vous faut-il en général pour arriver au thé final qui crée l’évidence ?

C’est strictement impossible de répondre à cette question, avec sincérité. Il n’existe pas de moyenne et je ne pose aucune limite à la réalisation d’un thé, ni en terme de moyens (comme financiers) qu’en terme de temps, de tests. Une création est prête quand elle parait évidente, quand elle existe par elle-même et qu’il est temps que vous vous effaciez, au grand dam du commerce qui, lui, réclame des nouveautés en permanence !

 

Combien de thés créez-vous par an ?

Cela varie, selon les années. J’ai créé 4 thés en 2012, 15 en 2011, aucun en 2010, 6 en 2009.
La meilleure réponse se trouvent dans les mots de ma fille qui dit à qui veut l’entendre que j’ai mes périodes “ma période “rooOose”, ma période “bleueee” ou même ma période “verrrrte” où je vois tout en vert… Cela traduit assez bien cette réalité de l’émotion nécessaire, de ces périodes de disponibilité qui se prêtent ou non à la création d’un thé.

D'innombrables boîtes de thé THEODOR

Crédit photo : Guillaume Leleu

 

Y a-t-il un process de fabrication spécifique chez THEODOR ?

Très clairement et assez unique en soi. Tout est fait pour offrir un thé, dont la seule chose que nous saurions être sûr à 100% les yeux fermés, est la qualité. De ce fait, tant pour l’achat que pour l’aromatisation d’un thé, tout est produit à la demande, ce qui est la meilleure garantie de fraîcheur que l’on puisse offrir. Ensuite, je ne vais pas vous dévoiler tous les petits secrets de la maison, mais ce que je peux vous dire, c’est que nous avons privilégié largement la place de l’humain, plus que celle de la machine…


Un hangar de l'usine THEODOR

 Crédit photo : Envouthé

 

Quelle qualité de thé et d’arômes utilisez-vous pour vos thés parfumés ?

Nous privilégions toujours dans l’ordre, tout d’abord, l’utilisation d’huiles essentielles ou bien alors d’arômes 100% naturels et puis bien entendu des fleurs, morceaux de fruits, épices etc… À savoir que nous n’utilisons jamais d’arômes artificiels et que du fait de la certification Kosher de nos thés, nos arômes sont obligatoirement Kosher. Qu’est-ce que cela veut dire ? Que les alcools utilisés qui composent les arômes ne contiennent jamais d’alcools issus d’origine animale, etc…
En 2 mots, nous ne mélangeons que de la nature avec de la nature.


creation_the

Crédit photo : Envouthé

 

On trouve chez plusieurs Maisons de thé, des thés parfumés composés sensiblement des mêmes mélanges d’arômes, qu’est-ce qui, selon vous, fait qu’un thé est plus réussi qu’un autre ?

Avant tout, le choix du ou des thés qui vont composer la base de la création, sans compter bien entendu ce qui sera utilisé pour aromatiser le thé.
Je le déplore d’ailleurs beaucoup, mais les thés parfumés, je devrais dire aromatisés, sont bien trop souvent (pour ne pas dire toujours) négligés par les maisons de thés, d’où leurs piètres réputations. Cela vient du fait qu’ils ne sont pas considérés comme “légitimes” pour tout amateur de thé “digne de ce nom”. À tort ou à raison.
Personnellement j’aime autant croquer dans une feuille de laitue encore fraiche, que manger une salade de laitue assaisonnée ! Je ne distingue aucune différence de “noblesse” là dedans.

On oppose souvent dans le monde du thé les thés parfumés et les thés nature (dits d’origine) : votre avis sur cette “opposition” ?

Il n’y a pas de polémique à avoir. Je respecte chaque opinion tant qu’elle ne devient pas un dictat en soi qui s’impose à l’autre.
Finalement la réponse se trouve dans ce que symbolise le thé lui-même et que l’on retrouve dans tous les écrits sur le thé aussi loin qu’ils remontent. Le thé est une boisson de l’accueil, de respect de l’autre, une invitation à un moment pour soi où à partager, un ambassadeur de la différence, et rien d’autre qu’un peu d’eau, quelques feuilles et une pause.
Alors à mon humble avis, que l’on aime un thé parfumé ou un thé nature, l’important c’est d’aimer, pour soi…, le reste n’est que complexe.

Pour conclure, voulez-vous nous raconter une anecdote sur la création d’un de vos thés ?

Le problème est qu’il y en a une sur chacun des thés. Alors, à moins d’écrire un livre, je ne peux décemment pas me plier à cet exercice là, ici :)

la production du thé

Dans les coulisses avec Theodor #1 – La création d’un thé

1 février 2013
theodor box the envouthe

En buveurs, amoureux de thé, que nous sommes tous ici, nous nous sommes tous posés la question : mais comment est créé un thé ?
Nous vous proposons de répondre à cette question à la réponse bien vaste en deux chapitres : le premier article sera consacré à l’inspiration et l’émotion qui entourent la création d’un thé, le second, à la fabrication en tant que telle d’un thé. Guillaume Leleu, Tea Teaster de THEODOR, crée ses thés tel un parfumeur qui crée un parfum. Il recherche les arômes, l’alchimie qui les relie, mais aussi l’âme du thé. Chaque thé a une histoire. Et Guillaume Leleu est un raconteur d’histoires, que nous avons interrogé pour vous afin de mieux comprendre sa démarche de créateur.
Entrons dans son laboratoire de création !

D’où puisez-vous l’inspiration pour créer un thé ?

Souvent dans le regard d’un autre. Il faut avoir cette notion de se détacher quelques instants de celui que l’on est ou que l’on veut paraître. Créer ne veut surtout pas dire offrir ce que l’on attend de vous, ce que l’on vous demande car ce n’est pas créer mais juste répondre à une envie qui vous est suggérée et cela manque un peu d’âme. L’inspiration ne se trouve pas, elle arrive à un moment inattendu parfois à travers un mot d’âme, à travers une odeur, un toucher, une fleur, une couleur et si vous manquez de saisir le moment présent, vous passez à côté.
C’est probablement la phase la plus compliquée d’une création car vous ne la décidez pas, ne la maitrisez pas.
Il m’arrive de dire, je pense en étant incompris sur ce point, qu’une création est une de mes plus grandes souffrances. Cela demande une émotion poussée à l’extrême, tirée entre le désir de donner du plaisir et celui de ne pas chercher à en offrir. Toutes mes créations sont nées avant tout de l’absolu sentiment qu’il manquait quelque chose pour parfaire un moment et tenter d’y apporter une réponse.

 

Comment choisissez-vous les noms de vos thés ?

C’est assez simple, en fait. Cela relève presque de l’évidence. Cela s’impose à vous. Mais il est vrai que je conserve peut-être à l’esprit l’idée que cela doit participer à interpeller, à donner un sourire, à nous parler à chacun d’entre nous.
J’imagine parfois un consommateur de thé, au comptoir d’une maison, demander qu’on lui serve tel ou tel thé et cela m’amuse. Dans la plupart des maisons, les noms des thés vendent l’idée d’un voyage, d’un exotisme, de la notion d’ailleurs. Je n’ai absolument rien contre mais je pense que c’est un peu réducteur du fait que le thé viendrait d’ailleurs et qu’il serait donc une boisson évocatrice du voyage, du lointain, de l’inconnu.
Personnellement, je ne le crois pas, j’ai une tendance à m’approprier ce que je vis sur le moment pour moi. Par exemple, lorsque l’on parle de mon patrimoine, je m’amuse souvent à répondre que je suis un locataire, propriétaire de chaque endroit où je passe la nuit.
C’est pareil pour un thé, au moment où je le bois, ce que je ressens n’appartient qu’à moi et ce thé par définition a été fait pour moi. C’est pour cela que j’aime dans les noms des mélanges de THEODOR y inclure cette notion d’appropriation par d’autres et puis du “connu”, de cette idée de “cela m’évoque quelque chose”…. Je trouve cela plus en harmonie avec ce qu’est le thé, une boisson de l’accueil, de l’hospitalité, mais aussi une simple boisson.
Alors quand je nomme un thé “On va se revoir”, “Sans complexe”, “Voulez-vous ?”, ou encore “Je ne sais quoi”… je laisse le consommateur compléter la phrase dans laquelle il peut inscrire ce nom et j’aime cela.

img_5096

Crédit photo : THEODOR

 

Et pour la description de vos thés très évocatrice plus que descriptive, pouvez-vous nous expliquer votre démarche artistique ?

La description des thés m’est bien plus personnelle que le nom des thés. Je voulais sortir des carcans un peu “classiques” qui incitent l’auteur soit à être très descriptif dans le côté technique du contenu du genre “Thé noir aux parfums de fruits rouges…” insipides à mon sens et les descriptifs qui au contraire vendent tellement de rêves, qu’ils en deviennent inaccessibles, là encore à mon humble opinion.
Alors, c’est là qu’intervient l’insolent Parisien, dans toute sa caricature, poussée à l’extrême, inscrit dans un contexte totalement “hors du temps” de la société dans laquelle on vit et en même temps, prenant le parti-pris de cette autodérision pour mettre en lumière cette création. Je vais sûrement en décevoir certains, mais non, je ne vis plus (pas ?) comme le dit le descriptif du J.E. Oolong Milky de la maison, dans un grand appartement parisien, dans des pièces plus spacieuses les unes que les autres…..et je n’ai pas de gouvernante qui s’appelle Léonie !
Cela doit être un jeu pour moi, le début d’un plaisir, le début d’un guide pour le consommateur… C’est comme recevoir un texte, être réceptif à une couleur, à des mots… et donc peut-être à des saveurs.

 

Combien de temps s’écoule-t-il entre l’idée d’un thé et sa réalisation ?

Cela dépend énormément de la création en question. Je crois que la plus “rapide” me prit 6 mois et la plus longue environ 28 mois, soit 2 ans et demi, sans compter toutes celles qui ne sont pas encore abouties, sans être inachevées. Un mélange comme “Cocotte” qui fut un des premiers thés avec cette notion de “pâtisserie” sur le marché, très innovant pour l’époque, me vint avec une certaine aisance car je savais exactement ce que je recherchais comme note ou rendu final.
Bien entendu, quand on parle de 6 mois, ce n’est pas 180 jours d’affilée, cumulés sur la création, c’est un temps de maturité de l’esprit, parfois trouver la clef, l’ingrédient qu’il vous manque, la base du thé, pouvoir lâcher et revenir plus tard sur son idée première… C’est assez compliqué finalement à expliquer.

Guillaume Leleu en plein tea tasting

Crédit photo : THEODOR

 

À chaque lancement d’une nouvelle création, comment vous sentez-vous ?

C’est très intime comme question. Je dirais, comme un artiste, pleins de doutes, présomptueux, tenant de me rassurer et l’envie que cette création conquière son public et trouve ses amateurs, transmette des sourires et offre des moments de plaisirs.

 

Est-ce que vos nouvelles créations prennent le pas sur les anciennes dans votre cœur et votre esprit, tel un artiste qui se lasse de ses premières œuvres… ? Ou gardez-vous une affection particulière pour vos premières créations ?

Non, aucune création n’est inscrite dans une temporalité. C’est presque même la signature d’un moment. Je n’aime pas l’esprit de conserver à tout prix s’il n’y a plus de raisons d’être, c’est d’ailleurs souvent ce qui tue l’esprit de création. Je pense qu’un thé doit rester actuel, contemporain, correspondre à son époque. Il peut être parfois, audacieux, voire avant-gardiste, bien entendu, comme être un petit clin d’œil à un passé, à une époque, mais à l’exception de très grands mélanges tels que l’Earl Grey, presque intemporels par définition, car juste “parfait”, une création doit vivre tant que le public la plébiscite, la désire, tout simplement.
Par ailleurs, le thé est le fruit de la nature et la nature change chaque jour. L’ingrédient principal d’un mélange parfumé change en permanence, en fonction des arrivages et il faut donc souvent harmoniser le composé aromatique en tenant compte de ce paramètre que l’on ne maîtrise pas et qui est très capricieux.
Et puis, il faut avoir l’honnêteté de regarder si chaque mélange a réellement sa raison d’être. Parfois, une création demande à être revisitée plutôt que retirée d’une collection. C’est ainsi que plusieurs de mes créations, dont la plus connue d’entre elles, à savoir “Pêché Mignon” a été retravaillée plus de 7 fois, par exemple !


Les boîtes bleues THEODOR en vitrine

 Crédit photo : THEODOR

 

Et vos clients, comment accueillent-ils chaque nouveauté ?

Je vais vous donner un indice. Vous aurez une parfaite réponse à cette question, en consultant un outil que l’on nomme “L’ENVOUTHEQUE” !
Et au-delà de cela, j’ai beaucoup de chance, à double titre. Tout d’abord car les mélanges THEODOR ne sont pas considérés comme de simples thés parfumés, mais comme les mélanges d’une “maison de créateur”, ce qui est assez flatteur. Puis, j’ai beaucoup de chance, car il y a comme une reconnaissance de notre savoir-faire et par définition, une véritable attente, à chaque sortie d’un nouveau thé, qu’il soit d’ailleurs nature ou parfumé. On ressent cette délicatesse à accompagner la maison dans ce qu’elle est, on ressent comme une petite frénésie entre l’annonce et la sortie, et puis une bienveillance très agréable pour un créateur. Que nous a-t-il encore inventé ?
La plus belle preuve est que malgré toutes les appréhensions que je peux avoir, par rapport à certaines limites que j’ai repoussées, les consommateurs sont toujours là et n’hésitent pas à franchir le pas de la dégustation. En quelque sorte un sado-masochisme du thé qui n’est pas pour me déplaire 😉

la préparation du thé

Comment mesurer le temps d’infusion de votre thé ?

20 septembre 2012
infusion box the envouthe

Cela vous est sans doute arrivé : vous oubliez votre thé dans votre tasse et, au moment de le boire, beurk ! Il est bien trop fort ou affreusement amer. Ne jetez pas trop vite ce thé aux oubliettes : soit il peut, quelle que soit sa préparation, ne pas être à votre goût, soit il vous déplaît simplement parce que vous l’avez laissé infuser trop longtemps et qu’il est devenu amer.
Chaque thé, en fonction de ses particularités, a son temps d’infusion idéal et il est important de le respecter pour véritablement apprécier vos thés. Ensuite, bien entendu, si vous aimez votre thé corsé, vous saurez que le laisser infuser plus longtemps vous convient. À chacun sa tasse de thé, nous voulons vous apporter le meilleur conseil afin que tout le monde puisse faire ses essais et préciser ses goûts !

 

temps-infusion_3098_bis

Crédit photo : Envouthé

 

4 façons de mesurer le temps d’infusion de vos thés

#1 Votre montre

Une fois le temps d’infusion vérifié sur le paquet de votre thé ou sur la fiche Envouthé, vous n’avez qu’à surveiller votre montre.

  • L’avantage : aucun achat de matériel.
  • L’inconvénient : le risque de se laisser distraire et d’oublier de regarder sa montre !

 

#2 Le sablier du thé

Il existe des sabliers de thé à 3 temps (3 min, 4 min, 5 min), utilisés dans certains salons de thé.

  • L’avantage : la beauté, la douce rondeur du sablier, mais aussi le plaisir de l’objet dédié à votre rituel du thé.
  • L’inconvénient : une méthode qui convient quand on prend le temps, car au quotidien le risque de se laisser distraire et de ne pas voir la fin du sablier est trop grand !

 

#3 Le minuteur électronique

Vous pouvez également vous doter d’un minuteur électronique qui vous alerte lorsque le temps souhaité est écoulé.

  • L’avantage : la précision et l’alerte.
  • L’inconvénient : il faut l’acheter, et la sonnerie n’est pas franchement un appel à la relaxation…

 

#4 Les applications sur smartphone

Pour les plus connectés et mobile addict d’entre vous, vous pouvez aussi utiliser les applications de minuteur de thé sur smartphone. Sur iPhone, une des plus abouties est “Tea pour iPhone”. Sur Androïd, nous n’avons pas encore testé les applications, celle qui paraît la mieux notée est “Tea Timer”.
Ou bien vous pouvez aussi tout simplement lancer le minuteur de votre smartphone, le bénéfice de l’alerte étant le même.

  • L’avantage : on peut préparer son thé n’importe où avec précision, au bureau comme à la maison.
  • L’inconvénient : la dépendance à un objet qu’on peut perdre ou oublier.

 

Vous voici prêt à infuser les meilleurs thés, alors à vos théières !
Faites vos essais, racontez-nous si cela change le goût de votre thé ou si vous utilisez d’autres techniques pour surveiller le temps d’infusion de vos thés !

la préparation du thé

4 façons de préparer un thé à la bonne température

20 septembre 2012
bouilloire temperature box the envouthe

Savez-vous qu’une eau trop chaude brûle les feuilles de thé, développe l’amertume et ne permet pas d’obtenir les meilleurs arômes du thé ? Savez-vous que chaque thé possède des caractéristiques, un terroir, et donc une température d’infusion idéale ?

Mode d’emploi : voici 4 techniques pour préparer un thé à la bonne température, selon le matériel à disposition et selon le lieu où vous vous trouvez.

#1 : Utiliser une bouilloire à température

 


bouilloire_temperature_84bis

Crédit photo : Envouthé

 

La bouilloire à température est de loin la technique que nous vous conseillons à la fois la plus simple d’utilisation et la plus précise. Équipées d’un thermostat, les bouilloires permettent de régler directement la température de l’eau souhaitée.

  • Avantage : la précision.
  • Inconvénient : il faut faire l’investissement (entre 60 et 80 euros).

Quelle que soit la bouilloire que vous utilisez, nous vous recommandons de jeter le restant d’eau après chaque utilisation. L’eau qui a déjà chauffé et qui stagne dans la bouilloire n’est pas une alliée de choix dans votre quête du meilleur thé.

 

#2 : Système D : mélanger eau chaude et eau froide

Une autre technique consiste à mélanger eau chaude et eau froide en appliquant la bonne vieille règle de trois. Par exemple, si vous voulez préparer un thé vert à 70°, comptez deux tiers d’eau bouillante pour un tiers d’eau froide. Pour un thé à 80°, n’ajoutez qu’un quart d’eau froide, et pour un thé à 90°, seulement un dixième.

  • Avantage : vous pouvez préparer votre thé n’importe où et sans aucun matériel.
  • Inconvénient : le manque de précision.

 

#3 : Se servir d’un thermomètre électronique

Vous pouvez aussi utiliser un thermomètre électronique qui vous alerte lorsque l’eau atteint la température requise.

  • Avantage : la précision.
  • Inconvénient : il faut faire l’investissement (environ 40 euros).

 

#4 : Observer les bulles d’eau dans votre casserole

Quand on n’a pas de bouilloire, on peut aussi tout simplement utiliser une casserole. En observant la taille des bulles d’eau et en écoutant le murmure de l’eau, on peut apprendre à arrêter l’ébullition à la bonne température selon les types de thé.
C’est Lu Yu, le premier maitre de thé chinois, qui, dans son Traité du Thé, le “Cha Jing“, en 780, nous révèle cette méthode ancestrale et poétique, toujours efficace plus de 1 200 ans après !

  • Avantage : on prend le temps du thé et de l’observation.
  • Inconvénient : le manque de précision.

 

À quoi ressemble un eau à 75 degrés

Crédit photo : Envouthé

– Lu Yu disait : ” Quand l’eau forme des bulles comme des yeux de poisson surnagent à la surface de l’eau, c’est la première ébullition “. On entend un léger murmure de l’eau, ce sont les toutes premières bulles qui apparaissent dans le fond de la casserole, vous pouvez considérer que l’eau atteint à ce stade 75°, température parfaite pour les thés verts parfumés ou natures.

 

À quoi ressemble une eau entre 80 et 85 degrés

Crédit photo : Envouthé

Quand l’eau forme des perles amassées sur le bord de la casserole “, c’est la deuxième ébullition, entre 80 et 85°, température idéale pour les thés blancs parfumés ou natures, ou encore les darjeelings par exemple.

 

À quoi ressemble une eau à 95 degrés

Crédit photo : Envouthé

Enfin, ” lorsque l’eau moutonne, quand elle bondit comme des brisants, majestueuse, et résonne comme une vague qui s’enfle, c’est la troisième ébullition “. L’eau atteint les 95°, température recommandée par exemple pour les infusions, ou les oolong.

 

À quoi ressemble un eau portée à ébullition

Crédit photo : Envouthé

Si on poursuit l’ébullition, elle devient impropre à la consommation.

 

Bonnes infusions à venir ! Et n’hésitez pas à partager avec nous vos essais et expérience(s) !

la dégustation du thé

Les 7 clichés du thé, Manifesto by Envouthé

20 septembre 2012
grand mere the box the envouthe

 Le thé souffre de tout un tas de clichés, et si, ensemble, on les faisait changer ?!


7cliches_du_the_tea-tasts-bitter1

Crédit photo :

 

 – Cliché 1 : «Le thé ça n’a pas de goût, c’est de l’eau chaude !»

Savez-vous qu’il y a autant de variétés de thé que de vin ? Et si vous vous laissiez tenter par d’autres thés ?

 

Cliché 2 : «Le thé, c’est snob»

Le thé est la deuxième boisson la plus bue sur terre après l’eau. 1 Milliard de tasses de thé sont bues chaque jour dans le monde ! Il y aurait beaucoup de snobs, vous ne trouvez pas ?!

 

– Cliché 3 : «On ne peut pas boire de bon thé si on n’est pas connaisseur»

Il n’y a pas besoin d’être connaisseur pour apprécier un bon thé. Savez-vous la différence entre un robusta et un arabica pour apprécier un bon café ? Non ? Pour le thé, c’est pareil ! L’essentiel est qu’il vous plaise !

 

– Cliché 4 : «Le thé, c’est so british !»

Certes le thé n’est pas aussi bien implanté dans la culture française que dans la culture britannique du «five o’clock tea» ! Mais chez Envouthé, nous sommes persuadés que les Français ont du goût, un art de vivre, savent apprécier les bonnes choses et ont un palais toujours avide de nouvelles saveurs ! Ne nous faites pas mentir !

 

– Cliché 5 : «Le thé, c’est une boisson de mamies !»

Il n’y a pas d’âge pour apprécier un instant thé ! Et le thé n’est pas réservé aux femmes, ces messieurs aussi savent les délices d’une tasse de thé bien chaud. Les buveurs de thé sont de plus en plus nombreux : regardez autour de vous, le thé est même en train de devenir à la mode !

 

– Cliché 6 : «Je ne suis pas thé, je suis café, merci !»

Pourquoi opposer les deux ? On peut très bien aimer débuter sa journée avec un café, et apprécier un bon thé l’après-midi par exemple. Ne soyons pas sectaires !

 

– Cliché 7 : «Le thé dans les boutiques spécialisées c’est cher.»

Dans les boutiques spécialisées, il y a des thés à tous les prix, comme pour le vin, et les prix grimpent dès que l’on souhaite s’offrir de grands crus ! Prenons l’exemple de 100g de thé parfumé en vrac, vendu au poids entre 6 et 9€, il y a généralement un rapport qualité prix incomparable avec le thé industriel vendu en sachets. Pourquoi nous direz-vous ? À raison de 2g de thé pour une tasse (de 10cl), avec 100g de thé, on peut préparer environ 50 tasses de thé ! Le goût du thé en vrac est sans comparaison, c’est une des missions clé d’Envouthé que de vous le faire goûter. Et sachez que vous pouvez ré-infuser les mêmes feuilles une à deux fois en augmentant un peu le temps d’infusion donc en profiter deux à trois fois plus pour une saveur inégalable ? Alors… convaincus ?!

 

Chers Envouthés, arrêtons tous ces clichés, buvons le thé dans le plaisir, le partage et la simplicité !

La «Tea Revolution» est en marche !

la dégustation du thé

Théine et Caféine : quelle différence ?

20 septembre 2012
the ou cafe box the envouthe

cafeine-et-the

Crédit photo : Envouthé


Il n’y a pas de différence entre la théine et caféine car ce sont en réalité la même molécule ! Mais elles n’agissent pas de la même façon dans notre corps.
Deux raisons à cela :

  • La quantité : il y a de trois à quatre fois moins de caféine dans une tasse de thé que dans une tasse de café.
  • Une assimilation par le corps différente : dans le café, la théine est complètement biodisponible, c’est à dire qu’elle passe immédiatement dans le sang.

 

Thé ou Café ?

Dans le thé, la théine est associée aux tanins du thé, qui retardent son assimilation dans l’organisme, et a ainsi des effets plus lissés dans le temps que le café. C’est pour cela qu’on parle d’un effet stimulant de 3 à 6 heures pour le thé et d’un effet excitant «coup de fouet» plus court pour le café.

Des propriétés uniques au thé

  • L’effet relaxant apporté par le thé provient également de la théanine, présente seulement dans le thé, qui a pour effet de détendre le cerveau.
  • Boire un thé permet d’augmenter sa concentration et sa vigilance sur une période plus longue, sans pour autant être énervé.
    Le thé a d’ailleurs été découvert et développé par des moines qui appréciaient ses effets stimulants pour méditer plus longtemps.

 

L’effet de la théine dépend aussi de la personne

Mais nous ne pouvons tirer aucune vérité générale sur la théine car elle agit différemment selon nos métabolismes : nous sommes plus ou moins sensible à ses effets et plus ou moins longtemps. Certains ont la chance de pouvoir boire le thé qui leur fait envie à tout moment de la journée et d’autres se tournent plus volontiers vers des liqueurs non théinées, comme les infusions ou les rooibos.

À vous d’apprendre à vous connaître, vous saurez bientôt quel choix de thés et infusions vous correspond le mieux, ou vous pouvez essayer notre Box de thé pour vous aider dans votre choix !